Jolies phrases sur New York ( Part 18 )

Discutez architecture, peinture, littérature, musique... new-yorkaises. Sans oublier le cinéma et les séries TV !

Modérateurs : Phanloga, patricia, Didier

John Lee
History Man
Messages : 2096
Enregistré le : 10 oct. 2004, 19:16
Localisation : evry

Message par John Lee » 08 déc. 2004, 20:01

Pour finir mon tour de chant de la Journee

Un peu de Gainsbourg "New York Usa"
J'ai vu New York
New York USA
J'ai vu New York
New York USA
Je n'avais rien vu d'au
Je n'avais rien vu d'aussi haut
Oh ! C'est haut, c'est haut New York
New York USA

J'ai vu New York
New York USA
J'ai vu New York
New York USA
Je n'avais rien vu d'au
Je n'avais rien vu d'aussi haut
Oh ! C'est haut, c'est haut New York
New York USA
Empire States Building oh ! c'est haut
Rockfeller Center oh ! c'est haut
Internationnal Building oh ! c'est haut
Waldorf Astoria oh ! c'est haut
Panamerican Building oh ! c'est haut
Bank of Manhattan oh ! c'est haut

J'ai vu New York
New York USA
J'ai vu New York
New York USA
Je n'avais rien vu d'au
Je n'avais rien vu d'aussi haut
Oh ! C'est haut, c'est haut New York
New York USA
Time and life building oh ! c'est haut
American hotel oh ! c'est haut
CBS Building oh ! c'est haut
RCA Building oh ! c'est haut
First National City Bank oh ! c'est haut

John Lee
History Man
Messages : 2096
Enregistré le : 10 oct. 2004, 19:16
Localisation : evry

Message par John Lee » 17 déc. 2004, 13:08

une petite de Jules Romain quand il decouvre NY la 1ere fois
"Ce qu'ils on du s'amuser en faisant tout cela, ils y ont pris tant de plaisir qu'ils n'ont jamais arretes"
Phrase qui se marie tres bien avec celle de P.Hone
"On reconstruit New York, tout entier, environs tous les dix ans"

John Lee
History Man
Messages : 2096
Enregistré le : 10 oct. 2004, 19:16
Localisation : evry

Message par John Lee » 04 janv. 2005, 19:16

Une chanson du Boss Springsteen

NEW YORK CITY SERENADE
Billy he's down by the railroad tracks
Sittin' low in the back seat of his Cadillac
Diamond Jackie, she's so intact
As she falls so softly beneath him
Jackie's heels are stacked
Billy's got cleats on his boots
Together they're gonna boogaloo down Broadway and come back home with the loot
It's midnight in Manhattan, this is no time to get cute
It's a mad dog's promenade
So walk tall or baby don't walk at all

Fish lady, oh fish lady
She baits them tenement walls
She won't take corner boys
They ain't got no money
And they're so easy
I said "Hey, baby
Won't you take my hand
Walk with me down Broadway
Well mama take my arm and move with me down Broadway"
I'm a young man, I talk it real loud
Yeah babe I walk it real proud for you
Ah so shake it away
So shake away your street life
Shake away your city life
Hook up to the train
And hook up to the night train
Hook it up
Hook up to the train
But I know that she won't take the train, no she won't take the train
Oh she won't take the train, no she won't take the train
Oh she won't take the train, no she won't take the train
Oh she won't take the train, no she won't take the train
She's afraid them tracks are gonna slow her down
And when she turns this boy'll be gone
So long, sometimes you just gotta walk on, walk on

Hey vibes man, hey jazz man, play me your serenade
Any deeper blue and you're playin' in your grave
Save your notes, don't spend 'em on the blues boy
Save your notes, don't spend 'em on the darlin' yearlin' sharp boy
Straight for the church note ringin', vibes man sting a trash can
Listen to your junk man
Listen to your junk man
Listen to your junk man
He's singin', he's singin', he's singin'
All dressed up in satin, walkin' past the alley
He's singin', singin', singin', singin'

Avatar du membre
delienews
Messages : 64
Enregistré le : 04 janv. 2005, 22:57

Message par delienews » 05 janv. 2005, 14:05

N.Y du groupe Doves
L'album : The last broadcast

They're throwing rocks and paving stones
So lets go while we can
Put your finger on the map
Who cares where it lands
Cause we're all better off in New York

On the road and out of town
We're moving on again
Everything they say is true
This city is insane
Every possibility
Nothing's left to chance
They're throwing rocks and pavings stones
Who says it has to last?

On the run
Till we're caught in New York
Cause we're all better dead
Than be caught
Maybe best not to talk
Till New York
Cause we're all better off in New York

On the run
Till we're caught in New York
Cause we're all better off
In New York

On the run
Till we're caught
In New York

On the run
Till we're caught
In New York

On the run
Till we're caught
In New York

elie
And the world is like an apple whirling silently in space !

John Lee
History Man
Messages : 2096
Enregistré le : 10 oct. 2004, 19:16
Localisation : evry

Message par John Lee » 05 janv. 2005, 18:15

"N.Y. Stars" de Lou Reed (1974)

The stock is empty
in our eyeball store
All we got left
a few cataracts and sores
The faggot mimic machine
never had ideas
Mission impossible
they self-destruct on fear

On a standard New York night
ghouls go to see their so-called stars
A fairly stupid thing
to pay five bucks for fourth-rate imitators

They say, "I'm so empty
no surface, no depth
Oh please can't I be you
your personality's so great"

Like new buildings
square, tall and the same
Sorry, Miss Stupid
didn't know, you didn't know it's a game
I'm just waiting
for them to hurry up and die
It's really getting too crowded here
help your New York Stars

Contributions accepted all the same
We need a new people store
remember we're very good at games

John Lee
History Man
Messages : 2096
Enregistré le : 10 oct. 2004, 19:16
Localisation : evry

Message par John Lee » 06 janv. 2005, 21:27

Frank Sinatra "It's up to you, New York"
Start spreading the news
I'm leaving today
I want to be a part of it, New York, New York
These vagabond shoes
Are longing to stray
And make a brand new start of it
New York, New York
I want to wake up in the city that never sleeps
To find I'm king of the hill, top of the heap
These little town blues
Are melting away
I'll make a brand new start of it
In old New York
If I can make it there
I'll make it anywhere
It's up to you, New York, New York.

I want to wake up in the city that never sleeps
To find I'm king of the hill, top of the heap
These little town blues
Are melting away
I'll make a brand new start of it
In old New York
If I can make it there
I'll make it anywhere
It's up to you, New York, New York.

John Lee
History Man
Messages : 2096
Enregistré le : 10 oct. 2004, 19:16
Localisation : evry

Message par John Lee » 12 févr. 2005, 12:31

Poeme de Edwin Torres, grand poete americain contemporain

Ecrit apres les attentats du WTC

I Saw You Empire State Building
I saw you Empire State Building
looking for your twin brothers
I saw you
watching your brothers burning
helpless to the ground
I look up at you, tall proud beacon
I too am a tower
it's my last name in spanish

I look at you
glistening in the morning
shining at night I saw you
watching your brothers die
they were beautiful
and tall although
I think you have more character
but, older brothers wear their age well

I saw you helpless
and wanted to comfort you but
you're too big to hug
so I just keep looking at you
crying for you
holding you in my stare
us towers
we have to stick together

John Lee
History Man
Messages : 2096
Enregistré le : 10 oct. 2004, 19:16
Localisation : evry

Message par John Lee » 20 mars 2005, 09:02

I Happen To Like New York

by Cole Porter (1930) de la comedie musicale "The New Yorkers"
I happen to like New York, I happen to like this town.
I like the city air, I like to drink of it,
The more I know New York the more I think of it.
I like the sight and the sound and even the stink of it.
I happen to like New York.
I like to go to Battery Park and watch those liners booming in.
I often ask myself, why should it be that they come so far across the sea.
I suppose it's because they all agree with me. They happen to like New York.
Last Sunday afternoon I took a trip to Hackensack,
But after I gave Hackensack the once over, I took the next train back.
I happen to like New York. I happen to love this burg.
And when I have to give the world a last farewell,
And the undertaker starts to ring my funeral bell,
I don't want to go to heaven, don't want to go to hell.
I happen to like New York. I happen to like New York
.

:arrow: La Comedie Musicale "The New Yorker"

Avatar du membre
Fred
Messages : 40
Enregistré le : 25 avr. 2005, 17:54
Localisation : Armentieres

Message par Fred » 19 juil. 2005, 21:25

Léa découvrait une ville rageuse, déchirée de hurlements, de vrilles , de roulettes, de sifflets, de raucité, d'éruptions, cabossée de claquements, hypersensible et donnant l'impression, comme avec les coudes sur son lit le malade à la respiration difficile, de se soulever sous les coups assénés par des millions d'invisibles marteaux aériens et souterrains, tandis que, passant sur les massives plaques de fonte qui à New York parsèment la chaussée, les autos en se soulevant sur leurs ressorts provoquaient un bruit lourd et résonnant qui courait à ras de terre avec la vapeur échappée des canalisations et, sans doute aucun, ajoutait au vacarme.................
"Regardez!" à l'angle de la 55ème Rue, un immeuble à la vertigineuse facade de verre incurvé, comme si le vent, à force de la violenter, l'avait creusée en son milieu, sa partie sans doute le plus fragile, le ventre.
"Regardez!", Saint Patrick, anachronique au milieu des immeubles modernes.
"Regardez!" Le Grand Hyatt Hotel, dans la 42ème Rue, le Chrysler Building, en face, merveille, et ils allaient, d'Art déco en néo-gothique, rococo et post-moderne, toujours bousculés dans cette ville de postiches superbes et suprêmes...

Yves Berger "Santa Fé"

Catinus
Messages : 273
Enregistré le : 02 oct. 2004, 20:37
Localisation : Belgique , Liège

Message par Catinus » 21 juil. 2005, 23:20

En 1949, Jean Cocteau se rend aux USA. Il regarde, observe, écoute, analyse ... et écrit 16 lettres qui seront publiées chez Gallimard.
En voici une.

" Lettres aux Américains "

Chers Américains,

La dignité humaine est aujourd'hui en jeu. Soyez ce que vous êtes : un peuple qui a présevé son enfance, un peuple jeune et honnète, un peuple où circule la sève. Dénouez-vous. Interrogez moins les autres et interrogez vous davantage. Confiez-vous à vos amis et ne vous contentez pas de ces rencontres où l'on échange des alcools sans rien se dire. Ne vous étourdissez pas de démarches vaines. Ne vous livrez pas aux vertiges mortels de la radio et de la télévision. La télévision aide l'esprit à ne plus mâcher, à ingurgiter une écriture molle et digérée d'avance. L'esprit à des dents robustes.
Vous avez accueilli à bras ouvert le vieil enfant de l'Occident chrétien que je suis et je vous en serai infiniment reconnaissant. Il suffirait d'un rien pour que vos complexes, votre réserve protestante, vos craintes s'évanouissent. Que votre esprit bourgeonne, pullule, explose sans contrôle avec le gigantesque érotisme de printemps de vos compagnes du sud.
Le public de New York est le meilleur public qui soit au monde. Je l'ai vu empressé, attentif, rieur, enthousiaste, ne partant pas à la fin et en acclamant les artistes qui lui plaisent.
Il s'en faut d'un cheveu pour comprendre ce que l'Europe ne comprend plus. Vous frolez la vraie vie, chers Américains. Je salue votre optimisme. Votre rôle est de sauver ce Vieux Monde, si dur, si tendre qui vous aime et que vous aimez.. Votre rôle est de sauver la dignité de l'Homme. Votre devoir est de combattre et non d'admettre. Il faudra vous secouer, vous éveiller, prendre conscience. IL vous faudra considérer l'art, non plus comme une distraction mais comme un sacerdoce. Il faudra vous convaincre que l'artiste trouve d'abord et cherche après.
Je vais essayer de dormir et de réver ...
Car j'habite un monde où le contrôle n'existe pas encore.
Bonsoir !


Jean Cocteau.

Catinus
Messages : 273
Enregistré le : 02 oct. 2004, 20:37
Localisation : Belgique , Liège

Message par Catinus » 08 août 2005, 20:44

Extrait d'une interview de Sonny Rollins, saxophoniste de Jazz :

" J'habitais à l'époque dans un petit appartement de l'East Village. J'avais tout ce qu'un musicien de 29 ans pouvait désirer : la célébrité, le talent, la chance d'avoir joué avec les plus grands jazzmen, comme Charlie Parker. ( ... )
Je cherchais quelque chose sans savoir quoi. Puis un jour, en traversant le Williamsburg Bridge qui relie Manhattan à Brooklyn, j'ai été captivé par la lumière qui se propageait le long de la voie déserte.
New York resplendissait devant moi: les gratte-ciel se réflétaient sur l'eau ; les sons des bateaux et du traffic se répondaient en écho. J'ai brandi mon saxo et j'ai joué m'unissant à cette symphonie, comme l'avaient fait avant moi mes musiciens mais sans limites. Je pouvais hurler, plus fort que jamais, et accroître la puissance de mon son, profiter de l'absence des murs, des barrières. Mes notes voyageaient vers l'horizon, je les voyais voltiger dans l'air, suivre les circonvolutions des oiseaux, puis se fracasser sur les rives du port.
Jamais je ne m'étais senti aussi libre. J'y ai passé des nuits entières. J'y ai vu des aubes et des couchers de soleil que je n'oublierai jamais... "

Catinus
Messages : 273
Enregistré le : 02 oct. 2004, 20:37
Localisation : Belgique , Liège

Message par Catinus » 02 sept. 2005, 00:12

" ( ... ) New York est aujourd'hui le centre du monde, le siège des pouvoirs qui dominent le monde. ( ... ) A New York, malgré le dynamisme apparent, on sent une curieuse ambiance de décrépitude, de mort, de fin du monde. Je sais bien que " la ville est bouillonnante, c'est un creuset, il y circule une énergie folle " etc. Etrangement, pourtant, j'avais envie de rester dans ma chambre d'hôtel ; de regarder les mouettes survolant en travers les installations portuaires abandonnées des rives de l'Hudson. (...)

Michel Houellebecq : " Rester Vivant ".

Gisèle
Messages : 6472
Enregistré le : 30 déc. 2004, 14:41
Localisation : *SuD EsT EsT*

Message par Gisèle » 02 sept. 2005, 16:49

Très beaux tous ces extraits :? sauf peut-être le dernier quelque peu sinistre.
¤Dégoutée d'être rentré de NYC¤ !!! :(

Catinus
Messages : 273
Enregistré le : 02 oct. 2004, 20:37
Localisation : Belgique , Liège

Message par Catinus » 05 sept. 2005, 23:49

Extrait de " Paris Match ", fin 2.000.
Un article sur Mylène Farmer signé Dany Jucaud.

" Anonyme dans la foule, grimpée sur ses échasses comme un flamant rose, elle déambule dans les rues de New York. ( ... )
Elle marche, elle marche ... Le seul problème avec Mylène, c'est qu'elle a toujours mal aux pieds ! Elle s'installe à une terrasse de café, allume une blonde mentholée. Les yeux fermés, silencieuse comme un chat, perdue dans le labyrinthe de ses pensées, elle respire un rayon de soleil accroché entre deux gratte-ciel. Elle cherche du feu, repère un briquet dans la main d'un client, esquisse le mouvement, se ravise. " Je n'oserais jamais ! " D'une petite voix douce, elle commande un Coca qu'elle ne boira pas. Lorsque le serveur lui demande de répéter sa commande, elle pâlit. Au même moment, à des milliers de kilomètres, au-delà des océans, nuit et jour ses fans font le pied de grue devant sa porte. Patiemment. Paris. ( ... )

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité