Docu Jazz & New York

Discutez architecture, peinture, littérature, musique... new-yorkaises. Sans oublier le cinéma et les séries TV !

Modérateurs : Phanloga, patricia, Didier

Répondre
Avatar du membre
guy66
Messages : 650
Enregistré le : 24 janv. 2006, 20:43
Localisation : Perpignan

Docu Jazz & New York

Message par guy66 » 31 oct. 2006, 00:26

Chose promise chose due, y compris pour des promesses de bar, voici donc deux petites présentations de documentaires vus lors du festival jazzèbre:

100% jazz 80% New-York: "Femmes du jazz" (Gilles Corre - 2000)
Portraits croisés d'une vingtaine de musiciennes jazz de la scène new-yorkaise. De concerts en répétitions, elles témoignent de leur passion et de leur difficulté à percer dans un univers typiquement masculin. A l'occasion du festival "Un mois de femmes de jazz à New York" organisé en avril 1999 par la percussionniste Susie Ibarra au Tonic Bar de Manhattan, une vingtaine de musiciennes se sont produites. Toutes aspirent à la même chose : se faire un nom au panthéon du jazz. En petites ou en grandes formations, depuis les classes d'instruments proposées aux adolescentes du Lincoln Center jusqu'au trio septuagénaire des JazzBerry Jam, elles pratiquent tous les instruments du jazz : trompette, saxophone, contrebasse, batterie... Mais bien que leur talent soit indéniable, la place au soleil est difficile à obtenir... Filmées dans des clubs, des ateliers ou encore devant un piano dans l'intimité de leur appartement, elles témoignent avec sincérité, humour et clairvoyance de leur position de femme dans cet univers... (source: http://www.jazzbreak.com/concerts.php?d ... %F4ne&lg=0 )
Le documentaire a été tourné au printemps 1999, quasi-intégralement à New York (on ne s'en éloigne que pour une courte séquence Plaça Reial à Barcelona). Le choix de filmer de nombreuses séquences en extérieur permet d'offrir aux NewYorkophiles et BigAppleomanes une variété de vues d'une grande richesse: clubs de jazz et studios, bien sûr, mais aussi interviews sur une terrasse d'immeuble, sur un typique balcon-issue de secours métallique, ou sur un trottoir face au Madison Square Garden..., répétitions dans des appartements plus ou moins spacieux, ou dans une école de musique du Queens, sans oublier des plans de coupe vertigineux sur les grands classiques (l'Empire, le Brooklyn Bridge, Times Square, les Twin Towers...). Et si toutes ces femmes ont en commun une passion très forte pour leur musique, ce reportage témoigne aussi de la mosaïque ethnique, culturelle, sociale, qu'est New York. A voir, même si on n'est pas fan de jazz.

100% jazz 10% New-York: "Lady Day" (Philippe Koechlin - 1995)
Ce documentaire de Philippe Koechlin (qui a été rédacteur en chef de "Jazz Hot" avant de fonder la revue "Rock&Folk") fait partie d'une série sur les grands noms du jazz. Plus que l'oeuvre de Billie Holiday, c'est l'âme de la grande chanteuse qu'il cherche à nous faire atteindre, à travers le récit de sa vie bouleversante. Une vie qui ne lui fit pas de cadeau (mais faut-il en attendre quand on est une femme noire et pauvre dans un pays raciste et en crise ?), et dont les coups ont martelé sa voix jusqu'à ce que la révolte y ait définitivement cédé la place au désespoir. La révolte est pourtant bien là en 1939, quand Billie chante pour la première fois "Strange Fruit" devant le public médusé du Café Society, à Greenwich Village; première protest song américaine, cette chanson dénonce les lynchages de noirs dans les états du sud, 16 ans avant que Rosa Parks ne refuse de céder sa place à un blanc dans un bus de Montgomerry, 24 ans avant que Martin Luther King ne prononce son discours "I have a dream". Mais les rêves, Billie y a renoncé depuis longtemp, se contentant du réconfort de "Prez" (surnom qu'elle a donné à son saxophoniste, Lester Young, en réponse au "Lady" dont il l'a parée), et s'étourdissant dans l'alcool et la drogue. Les images d'archives et témoignages retracent sa carrière artistique et sa vie tumultueuse, entre les rues mal famées du Harlem des 30's et les clubs new-yorkais, où elle triompha avant d'en être interdite d'accès, jusqu'au Metropolitan Hospital où elle s'éteint le 17 juillet 1959, à 44 ans, rejoignant Prez, disparu 4 mois avant elle.
Chasin' the trane Guy

"Quant à ces féroces soldats, je le dis, c'est pas pour cafter, mais y font rien qu'à mugir dans nos campagnes."

clapton
Messages : 3015
Enregistré le : 16 sept. 2005, 19:29
Localisation : Ici

Message par clapton » 31 oct. 2006, 00:42

Merci Guy ! ça donne envie ce que tu nous dit! on peut voir ça quelque part?

Xavier
ex-pseudo "NeW yORk"
Messages : 826
Enregistré le : 12 avr. 2006, 19:02
Localisation : La Rochelle

Message par Xavier » 31 oct. 2006, 08:36

Merci beaucoup guy,grâce à toi je viens d'apprendre plein de choses sur le Jazz,et comme le demande Clapton,il est possible de se procurer le reportage? :wink: :wink: :wink: :D
Xavier

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité